lundi 24 septembre 2012

Trintignant, les poètes et moi

Hier soir, je suis allée voir et entendre Jean-Louis Trintignant dans le spectacle TROIS POÈTES LIBERTAIRES DU XXe SIÈCLE : PRÉVERT, VIAN, DESNOS, au théâtre Outremont, dans le cadre du Festival international de la littérature. Divine soirée! Si vous voulez écouter un extrait, cliquez ici. C'est qu'il a 81 ans, ce monsieur Trintignant! Mais quelle présence, quelle voix chaude! Et quelle mémoire, malgré deux ou trois oublis qu'on lui pardonne aisément (j'aimerais bien, moi, avoir autant de mémoire que cet homme en a à 81 ans!).


© Alexandre Vernerey
 
Cela m'a rappelé (du moins, dans ma pauvre mémoire ...) que j'ai découvert la poésie grâce à Prévert. Je me souviens encore aujourd'hui de ce que j'éprouvais en lisant ses poèmes. Avec peu de mots on peut dire des choses importantes. Avec des vers tout simples, on émeut les autres, on fait valser la langue française, on crée une musique pour les oreilles.

"... sur le tableau noir du malheur
il dessine le visage du bonheur." (Le cancre)

"Si l'oiseau ne chante pas
c'est mauvais signe
mais s'il chante c'est bon signe
signe que vous pouvez signer
alors vous arrachez tout doucement
une des plumes de l'oiseau
et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau." (Pour faire le portrait d'un oiseau)


Des mots importants, quand on est adolescente.

4 commentaires:

  1. Le cancre de Jacques Prévert: "Il dit non avec la tête. Mais il dit oui avec le coeur. Il dit oui à ce qu'il aime. Il dit non au professeur..." Je me souviens encore de ce poème. Mon prof d'art dramatique de première secondaire nous l'avait fait apprendre et réciter.
    Savais-tu que Trois-Rivières a un très beau Festival international de poésie au début du mois d'octobre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une invitation pour aller à Trois-Rivières? ;-) Si Trintignant y est, j'irai!

      Supprimer
  2. Si je n'avais pas des semaines de fous qui s'en viennent, je te ferais découvrir ma ville à travers son festival de poésie avec plaisir...
    Mais si tu passes, faut que tu me fasses signe pour que j'aille te dire un petit coucou (autour d'un café, peut-être).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est certain! Mais je n'ai pas de voyage de prévu dans ta région... ;-)

      Supprimer